Semaine 1

[spoiler title= »Dimanche 1er septembre »]

  • 18h – Accueil à l’Adagio City Aparthotel
    Adagio City Aparthotel30, rue Jean Trinquet 13002 Marseille

[/spoiler]

[spoiler title= »Lundi 2 septembre »]

Centre de la Vieille Charité, salle A – 2, rue de la Charité 13002 Marseille
  • 10h30 – Accueil des étudiants par Jean Boutier (EHESS)
  • 11h30 – Présentation du Carnet de recherche Hypothèses avec Marin Dacos

    Hypothèses est une plateforme de carnets de recherche ouverte à toute la communauté académique dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Il est possible d’y publier un carnet de terrain, une chronique scientifique sur un thème précis, un carnet de bord d’une recherche collective en cours, un carnet de de fouilles archéologiques, un carnet de veille, un blog de revues ou de livres, une newsletter scientifique, etc.

  • 13h – Buffet    
  • 14h30 – Conférence inaugurale, Les mondes de l’art et des affaires : critiques, interactions, hybridations par Eve Chiapello (EHESS)

    Le sens commun tend à perpétuer l’idée d’un conflit de rationalités entre les mondes de l’art et ceux des affaires. Cette opposition historiquement construite dont il importe de comprendre les origines, permet entre autres de revendiquer une « exception culturelle » dans les règles du commerce international, ou de légitimer une intervention active de la puissance publique pour soutenir la création. C’est aussi elle qui fait des mondes de l’art des espaces où la critique du capitalisme s’actualise particulièrement, car ils prennent appui pour partie sur des modèles d’évaluation antinomiques à ceux du marché. Néanmoins, les évolutions des trente dernières années témoignent d’un rapprochement important des logiques à l’œuvre dans les deux types de mondes. Mentionnons parmi les multiples facteurs l’extension de secteurs d’activités économiques fortement consommateurs de ressources créatives, la prolifération dans le secteur traditionnel de formes d’emplois et de modalités de travail expérimentées auparavant dans le monde artistique, une nouvelle conception du développement économique qui met au centre la connaissance, la créativité et l’innovation et valorise les externalités positives des activités artistiques, l’enrichissement rapide d’une petite fraction de travailleurs au cœur du capitalisme financier qui alimente le marché de l’art contemporain. Cette conférence vise à clarifier ces questions, à tenter de définir les différents rôles qui sont assignés aux activités artistiques dans ce nouveau monde et leur caractère plus ou moins novateur, enfin à s’interroger sur la nature des transformations que le monde des affaires subi du fait de cette hybridation.

  Bibliographie

  • H. S. Becker, Les Mondes de l’art, Paris : Flammarion, 1982
  • L. Boltanski, E. Chiapello, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999
  • P. Bourdieu, Les règles de l’art, Éditions du seuil 1992
  • E. Chiapello, Artistes vs Managers – Le management culturel face à la critique artiste, Paris, Métailié, 1998.
  • E. Chiapello, Evolution and Co-Optation. The ‘artist critique’ of management and capitalism: evolution and co-optation, Third Text, vol. 18, n°6, 2004, 585-594
  • P.-M. Menger, Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme. Collection la République des idées, Seuil, 2003
  • Soirée – Spectacle
[/spoiler] [spoiler title= »Mardi 3 septembre »]
  • 10h : Conférence, Capitales culturelles, « capitales de la culture » : les enjeux politiques d’une histoire culturelle de l’Europe moderne et contemporaine par Jean Boutier (EHESS)

Centre de la Vieille Charité, salle A – 2, rue de la Charité 13002 Marseille

Les premières capitales européennes de la culture (Athènes, 1984, Florence, 1985, …) étaient des haut-lieux de la légitimité culturelle européenne, choisis pour mettre en scène des expériences et des valeurs revendiquées comme fondatrices de la « maison Europe ». Les travaux, dans les années qui suivirent, sur les « capitales culturelles » (musicales, théâtrales mais aussi intellectuelles ou philosophiques) de l’Europe moderne et contemporaine ont analysé la capacité de mise en circulation, d’échanges, de transferts d’un petit nombre de villes « dominantes » et leur rôle dans le développement d’une vie intellectuelle et artistique qui ne s’insèrent pas étroitement dans des espaces nationaux. A partir de l’expérience des « Capitale européennes de la culture », cette séance examinera les croisements entre expériences politiques contemporaines et recherche historique depuis près de trois décennies.

         Bibliographie

  • Charle, Christophe, Roche, Daniel (éd.), Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2009, 368 p.
  • Van Damme, Stéphane, Paris, capitale philosophique: de la Fronde à la Révolution, Paris, O. Jacob, 2005, 311p.
  • Charle, Christophe, Théâtres en capitale : naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, 1860-1914, Paris, A. Michel, 2008, 572 p.
  • Weber, William, “ Opera and the Cultural Authority of the Capital City ”, in Victoria Johnson, Jane Fulcher, Thomas Ertman (eds.), Opera and Society from Monteverdi to Bourdieu, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 160-179.
  • Weber, William, “ Musical Culture and the National Capital. The Epoch of the Beau Monde in London, 1700-1870 ”, in Susan Wollenberg, Simon McVeigh (eds.), Concert Life in Eighteenth-Century Britain, Aldershot, Ashgate, 2004.
  • 14h :  Visite du Musée d’Histoire de Marseille, avec Jean BoutierSquare Belsunce, Centre Bourse – 13001 Marseille
  • 19h : Pique-nique sur la plage des Prophètes
[/spoiler] [spoiler title= »Mercredi 4 septembre »]
  • 10 h : Conférence, Quand la culture transforme la ville : un premier bilan de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture par Boris Grésillon, Aix-Marseille-Université

Centre de la Vieille Charité, salle A – 2, rue de la Charité 13002 Marseille

Il s’agira de rappeler brièvement la genèse et les enjeux de cet événement culturel et urbain majeur, avant de tenter d’en dresser un tout premier bilan, du moins une première esquisse, avec cette question centrale : un événement de type « capitale européenne de la culture » a-t-il la capacité de remodeler une ville, concrètement et symboliquement ?

Bibliographie

  • Boris Grésillon, Un enjeu ‘capitale’ : Marseille-Provence 2013, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube (2011).
  • Numéros spéciaux des revues Urbanisme et L’observatoire des politiques culturelles sur les villes créatives (2010).
  • 12h : Déjeuner
  • 15h : Rencontre avec l’Association Marseille Provence 2013, avec Boris GrésillonMaison Diamentée– 1, Place Villeneuve Bargemon 13001
[/spoiler] [spoiler title= »Jeudi 5 septembre »]
  • 10h : Conférence, L’ancrage social et territorial des institutions culturelles : retour critique sur la notion de « quartiers créatifs » par Emmanuel Pedler (EHESS)

    École supérieure d’art et de design de Marseille184, avenue de Luminy 13009 Marseille
    Venue des USA la notion de « quartiers créatifs » fait aujourd’hui partie de la langue institutionnelle et vise à rendre compte de l’organisation comme de la régulation des offres et dispositifs culturels par la demande. La notion antonyme de « politique culturelle » décline, quant à elle, une vision descendante qui fait peu de cas de l’ancrage social et territorial des institutions culturelles. Paradoxalement ces deux cadres d’analyse, bien que dessinant des mouvements contraires, sont loin de se compléter ; ils possèdent l’un et l’autre le même point aveugle. On brossera sommairement l’histoire de ces notions ; on évoquera leur chassé-croisé en les confrontant à la description de processus concrets d’institutionnalisation de la culture, à partir de quelques études de cas pour penser à nouveaux frais l’ancrage urbain des institutions culturelles.

         Bibliographie

  • Clark, Terry, N., The City as an Entertainment Machine, Maryland : Lexington Books (2004), 2011.
  • Dubois, Vincent, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.
  • Kaufman, Jason, « Endogenous Explanation in the Sociology of Culture », Annual Review of Sociology, Vol. 30, (2004) (pp. 335-357).
  • Gravari-Barbas, Maria, Violier, Philippe (dir.), Lieux de culture, culture des lieux : production(s) culturelle(s) locale(s) et émergence des lieux, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2003.
  • 14h à 16h : Échanges sur les recherches en cours et v isite de l’ESADMM
  • 16h : Ballade vers Sugiton
[/spoiler] [spoiler title= »Vendredi 6 septembre »]
  • 10 h : La monumentalisation de l’architecture contemporaine par Florent Champy (CNRS)

Archives départementales des Bouches du Rhône – 18-20 rue Mirès 13003 Marseille

La concurrence des grandes villes pour le statut de métropoles européennes compte parmi ses terrains d’expression la production architecturale, avec pour conséquence un accent important mis sur la fonction symbolique des bâtiments publics nouvellement construits. Des équipements culturels, notamment, sont d’emblée conçus comme des monuments. La communication visera à explorer deux ensembles de conséquences de cette tendance à la monumentalisation d’une partie de la commande publique d’architecture contemporaine : celles qui touchent à la conception que nous avons des monuments ; celles qui concernent, symétriquement, les évolutions de la création architecturale. En nous attardant tout particulièrement sur ces dernières, nous montrerons que les ressorts même de l’innovation dans le travail de conception architecturale sont susceptibles d’être altérés par la place donnée à la fonction symbolique dans la conception architecturale.

         Bibliographie

  • Cette communication s’appuiera sur une série de recherches sur l’architecture, dont une réflexion sur les processus de conception architecturale publiée dans Nouvelle théorie sociologique des professions, de F. Champy, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Le lien social » (2011).
  • 14 h : Rencontre avec l’architecte marseillaise Corine Vezzoni

    Bibliothèque départementale de prêt, salle de Formation – 18-20 rue Mirès 13003 Marseille
[/spoiler] [spoiler title= »Samedi 7 Septembre »]
  • 10h : Atelier du carnet de recherche Hypothèses, avec Fleur Beauvieux
    Centre de la Vieille Charité, salle A – 2 rue de la Charité 13002 Marseille
  • Soirée : Projection à l’Alhambra Ciné Marseille
    L’Alhambra Ciné Marseille – 2, Rue du Cinéma 13016 Marseille
[/spoiler] [spoiler title= »Dimanche 8 septembre »]

Programme au choix :

  • Jeu-déambulation sociologique dans Marseille avec Philippe Gaboriau (CNRS)

15h : Départ du Centre de la Vieille Charité
18h30 : arrivée au Port du vallon des Auffes
Dîner possible à la pizzeria Jeannot, 29 vallon des Auffes 13007 Marseille

La promenade sociologique, à travers le centre puis le sud-ouest de la ville, se déroule comme un jeu, dont le mode d’emploi est exposé en début de promenade ; les « promeneurs » se déplacent par deux, et conduisent leur propre « enquête de terrain » , à partir d’indications et de questions initiales; une « synthèse des observations » est tentée en fin de parcours.

  • Marche en espace périurbain avec Hendrik Sturm, artiste promeneur, professeur à l’École des Beaux-Arts de Toulon

La démarche d’artiste-promeneur s’inspire de la technique du transect, appliquée dans les domaines de géobotanique ou de pédologie : une coupe spatiale sur un tracé linéaire à travers des situations variées.  En parcourant l’espace de cette manière le contraste des ambiances urbaines et périurbaines se démultiplie et permet tout de même le lien des éléments disparates par la progression des promeneurs. L’élaboration d’un transect est itérative car instruite par un va-et-vient entre l’arpentage des espaces, la lecture des cartes (ortho-photographiques, topographiques, archéologiques et cadastrales), la consultation des archives et l’entretien avec des personnes ressources.

Transect de 300 m à Belsunce à travers l’hypercentre avec une ribambelle de lieux cultuels : spirites, protestants chinois, ultra-cathos, juifs orthodoxes, musulmans qui investissent le parking du derniers cinéma X du centre-ville comme extension de salle de prière.

[/spoiler]
Partenaires